Voilà, c’est dit.

Il ne m’a fallu que quelques jours pour me rendre compte. Mais comme bébé est tout nouveau, je me suis dit « c’est le début, c’est normal, ça va s’arranger. Quand il aura 15 jours ce sera déjà mieux, puis après le pic de croissance des 3 semaines encore plus« . Finalement, c’est ce pic de croissance qui aura eu raison de mon allaitement. Non, ça a plutôt été une coïncidence sur la date. J’ai allaité 3 semaines; « c’est tout ? » selon certaines personnes, « c’est déjà bien » selon ma belle-mère.

Enceinte, j’ai (nous avons) eu envie de pas mal de choses pour l’avenir de bébé : le portage était une évidence, le langage des signes une envie, le bilinguisme un véritable souhait. Mais question nourriture, je n’avais pas de préférence : le lait maternel est le meilleur pour l’enfant, mais j’ai été nourrie uniquement au lait artificiel sans jamais étre malade (enfin tellement peu que c’est anecdotique) ni allergique à quoi que ce soit. Je n’avais pas de parti pris. C’est mon mari qui souhaitait que j’allaite, j’étais d’accord à condition qu’on passe assez rapidement à un allaitement mixte qui me permette d’avoir du temps à consacrer à ma thèse (et donc de pouvoir passer le relais) sans devoir faire de pause pour cause de nourrissage. Je m’étais fixé un délai d’un mois d’allaitement exclusif.

Mais les choses en ont décidé autrement.

  • J’ai eu droit à une épisiotomie. J’ai donc passé 15 jours à squatter mon lit non stop parce que je ne pouvais pas me déplacer ou m’asseoir sur un chaise, un fauteuil ou un canapé. Je suis du genre hyperactive et j’ai détesté être obligée de rester au même endroit tout le temps.
  • J’ai un bébé plutôt faignant au sein. 45 minutes de tété toutes les heures et demi. Autant dire que le temps de changer la couche, aller aux toilettes, boire un verre d’eau, et c’est reparti pour un tour. Moi l’indépendante, j’ai très mal vécu cette indissociabilité d’avec bébé. Je n’avais pas de temps pour moi. Je ne demandai pas grand chose, juste 10 minutes pour manger. Même ça je n’avais pas le temps. Alors j’ai pris de quoi manger pendant les tétées, des gâteaux. Pendant 3 semaines ça a été mon alimentation…
  • Bébé était tout de même très agité, tout le temps. Il dormais bien la nuit, ne se réveillant que pour manger et se rendormant de suite après. Il ne faisait pas de sieste la journée. Pas de répit pour la jeune maman fatiguée que j’étais.

Tout cela a eu raison de (ma boite de mouchoirs) ma patience, de mes nerfs, de moi. Lundi soir, j’ai craqué. Au milieu de mon parking, bébé dans le siège auto j’ai envoyé un message désespéré (« rentre à la maison, j’en peux plus« ) à mon mari qui est arrivé dans les 10 minutes. Et j’ai fondu en larmes dès que j’ai vu sa voiture. La vraie bonne grosse crise de larmes. Et il a été formidable. Il a pris bébé, m’a dit de m’enfermer dans la chambre et de dormir, et il lui a donne un biberon. En 10 minutes, tout était calme. Le calme serein, celui qui dit que tout va bien, qu’il n’y a pas besoin de s’agiter. Il a mangé 140mL de lait artificiel. Et il a été serein, repu. Cette nuit là il s’est réveillé 2 fois pour téter, à peine 10 minutes à chaque fois. Nous avons dormi près de 12 heures. Et ça a été la fin de l’allaitement. Parce que ça ne me correspondait pas, parce que ça ne lui convenait pas. On l’a vu et senti tous les trois.

Maintenant, je tire mon lait (enfin j’essaie, je crois que mon corps est en train de me dire que lui non plus n’aime pas trop le fait de nourrir mon fils), je donne également à bébé du lait en poudre. La maison est redevenue calme et sereine. Bébé fait 2 siestes dans la journée et continue de bien dormir la nuit. Il a pris près de 400g cette semaine (contre 50 la semaine dernière). J’ai eu le temps de préparer à manger, de manger et de faire la vaisselle. Et même de plier du linge qui attendait patiemment depuis notre retour à la maison. Je crois que l’on a trouvé ce qui nous convient. Je n’allaite plus, et je trouve ça très bien.

Publicités

11 réflexions sur “Je n’aime pas allaiter

    1. Jai trouvé sur le net beaucoup de choses sur le bonheur d’allaiter, sur les bienfaits mais ca ne me correspondait pas. Je pense que je ne suis pas la seule dans ce cas là et je trouve ca important de déculpabiliser. Je préfère aller bien en donnant au biberon que mal en donnant le sein

      Aimé par 1 personne

  1. On dit que les deux premiers mois d’allaitement sont les plus difficiles. Chez moi c’est ce qui s’est passé. Et c’est long deux mois… Je pense que pour allaiter il ne faut pas avoir d’obligations pendant au moins 4-5 mois, sinon on se pollue les seuls instants qu’on a à consacrer entièrement à son bébé avec des ennuis. Tu t’étais fixée un mois, tu as allaité 3 semaines… ton objectif est presque rempli. Et si vous êtes plus apaisés d’avoir arrêté avant la fin de ton objectif, c’est la seule chose qui compte. J’ai aussi ce travers de me donner des objectifs chiffrés… mais nos bébés n’en ont rien à faire ! Tout ce qu’ils nous demandent c’est de l’amour, et on ne peut leur donner que si on est disponible et en harmonie avec eux… que ce soit au sein ou au biberon. Bon « biberonnage » 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Ici aussi c’est portage et langue des signes. Après un (tire-)allaitement foiré, on s’éclate! Bon courage, on entend bcp de pro allaitement culpabilisant (ce qui me hérisse « ça ne fatigue pas l’allaitement »). no comment. On n’a pas toutes le même corps 🙂
    Bon courage

    J'aime

    1. Mince, trop longtemps que je ne suis pas passé sur le site, je n’avais pas vu ton commentaire. J’aurai peut étre tenté un tire-allaitement si j’avais su plus tôt que ça se faisait. On ne trouve pas beaucoup d’informations là-dessus sur le net malheureusement…
      Mieux vaut donner un biberon et que tout le monde soit épanoui que de s’acharner sur un allaitement qui ne convient à personne sous prétexte que c’est meilleur pour bébé.

      Aimé par 1 personne

      1. Ah dommage. En effet j’avais du insister a la mater (et le mot est faible). Bonne idee je vais faire un article sur le sujet en effet rare (« mais tu allaites pas, c’est pas au sein! »). Du coup tu asdû arrêter?

        J'aime

      2. Ah dommage. En effet j’avais du insister a la mater (et le mot est faible). Bonne idee je vais faire un article sur le sujet en effet rare (« mais tu allaites pas, c’est pas au sein! »). Du coup tu asdû arrêter? C’est compliqué l’allaitement…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s