Réflexions d’hier

Je voulais écrire cet article hier. Je n’ai pas eu le temps, comme trop souvent en ce moment. Mais c’est important, ça m’a interpellé. Je n’ai rien osé dire, c’était délicat.

Hier, nous sommes allés aux bébés lecteurs avec #chaton. Nous étions 2 mamans et 3 assistantes maternelles avec une dizaine d’enfants. C’est le comportement d’une des assistantes maternelles qui m’a choqué et dérangé.

Elle a passé l’heure à s’agacer sur un de ses petits. La raison ? Le slowlife semble être son mode de vie. Moi j’ai trouvé ça assez rigolo. Toute cette agitation qui glisse sur lui. Le temps n’avait pas de prise, il observait, c’est tout.

Elle n’a pas arrêté de lui dire qu’il était passif, qu’il ne faisait vraiment rien, qu’il ne mettait aucune volonté à faire les choses (mettre ses chaussures et son manteau). Sa voix était agressive, son attitude oppressante. Elle habillait une plus petite mais continuait de râler sur lui parce qu’il ne mettait pas ses chaussures.

C’est une professionnelle de la petite enfance. Elle s’occupe de jeunes enfants tous les jours depuis des dizaines d’années (elle est proche de la retraite, peut étre un peu trop). Je ne comprends pas qu’on puisse agir de la sorte avec un enfant. Elle est en train de complètement flinguer son évolution dans la vie. Elle le rabaisse, lui enlève chaque once de confiance en lui. Il n’avait pas l’air heureux, presque abattu. Il n’a que 3 ans…

J’ai assisté assez impuissante à cette scène. Je n’ai rien pu/voulu dire. Les enfants  étaient là, les autres assistantes maternelles qui la connaissent, et surtout, je n’ai pas vu cette « relation » plus d’une heure. On a tous de mauvais jours, ceux où ça va moins bien et où on est plus irritable. Et on n’est pas beaux à voir dans ces moments là.

J’espère que ce n’était qu’un de ces moments là.

Publicités