9 mois moins 2 jours

Je pense que tout le monde a déjà écrit cet article. « 9 mois dedans, 9 mois dehors », tout ça, tout ça. Pour nous (chaton est un peu (beaucoup) dans l’histoire quand même), ça n’a pas duré 9 mois, mais 9 mois moins 2 jours. Il était prévu pour le 2 mai, il est arrivé le 30 avril.

Je n’ai pas posté d’article mensuel sur ses évolutions, je ne me sentais pas capable d’écrire la dessus chaque mois. Ca m’aurait un peu trop fait penser que le temps passe très vite et  je me serai mis la pression chaque mois pour écrire cet article alors que je n’en avait pas le temps ou l’envie. C’est déjà compliqué de gérer l’emploi du temps pour aller chez le pédiatre tous les mois, alors un article … c’était prendre le risque de le sortir le 21 de chaque mois, ce qui n’a donc plus d’utilité ni d’actualité.

Cette fois-ci j’essaie de faire les choses bien et de publier cet article en temps et en heures (il est 18h30, ça devrait le faire).

9 mois moins 2 jours dedans :

3 jours avant d’accoucher, je vous disais que ma grossesse avait été géniale (juste là : ma merveilleuse grossesse) et que tout s’était très bien passé. Aucune contraction jusqu’au début du travail, à 18h30 j’avais même dis à une copine qu’il serait sans doute en retard tellement mon utérus était calme. 7 heures plus tard, les premières contractions se faisaient sentir et 13 heures encore plus tard, je tenais mon bébé dans mes bras. L’accouchement a été sportif, un peu compliqué mais tout s’est finalement bien passé. Et un petit bonhomme de 53 cm et 3,360 kg venait se loger dans mes bras.

9 mois moins 2 jours plus tard (et donc dehors), Chaton est un bébé parfait. +20 cm et +5 kg au compteur. Il règne désormais un joyeux bordel dans mon salon, traversé par un asticot très (trop) rapide qui cumule 3 envies, mettre les doigts dans la prise, manger les croquettes du chat (son obsession du moment) et sortir les classeurs de ma thèse.

S’il est un amour et carrément facile à gérer au quotidien, les choses ne sont pas toutes roses pour moi. Oui, il est en très bonne santé et dort la nuit depuis qu’il a un mois et demi. J’adore étre mère, je ne changerai jamais ça (comme si je le pouvais), mais les changements dans ma vie ont été bien plus importants que je le croyais. Mon indépendance me manque, la responsabilité d’avoir quelqu’un qui compte sur vous et ne peut se débrouiller seul me donne le vertige. Est-ce que j’en suis capable ? 9 mois plus tard, je sais que oui, bien sur, mais je me pose toujours autant de questions sur ma capacité à lui apporter ce dont il a besoin. Je crois que c’est ça, être parent. J’ai aussi récupéré tous mes kilos d’avant grossesse (oui, j’aime bien faire les choses à l’envers), je n’ai pas le temps de faire de sport, je n’ai pas le temps de travailler sur mon pus gros projet personnel (450 pages sur un sujet juridique, ça donne envie hein ?), je n’ai plus aucun ami à moins de 3 heures de route de chez moi (je vous raconterai un jour le combo thèse-mariage-parentalité sur la perte des amis un jour, vous verrez, c’est passionnant).

Allez, j’arrête de parler de mes problèmes, il est en super forme, et c’est bien tout ce qui compte non ?

20170127_142817.jpg20170120_122259

EDIT : Qui est ce qui vient de se mettre debout à l’aide du canapé et veut écrire à ma place ? gimk (chaton quoi)

Publicités